Quels sont les questions qui sont source d’erreur pour la majorité des candidats ? Quels sont les pièges à éviter pour ne pas faire de fautes ? On vous dit tout ! Questions pièges du Code de la route/Les questions où tout le monde se trompe - Wizbii Drive
Image de l'article Actualités

Questions pièges du Code de la route/Les questions où tout le monde se trompe

Le Code de la route est enseigné dans toutes les auto-écoles, qu’elles soient traditionnelles ou en ligne, pour que chaque jeune conducteur connaisse les règles essentielles de sécurité routière.

Le taux de réussite à l’examen officiel du Code de la route est d’environ 70 %. 

Pour mettre toutes les chances de son côté en vue de réussir à passer son code du premier coup, il faut connaitre les pièges à éviter pour ne pas faire de fautes et se maintenir concentré pendant toute la durée de l’épreuve théorique générale (ETG).

Pour passer l’épreuve du code dans les meilleures conditions, évitez de réviser juste avant et ayez confiance : si vous faites régulièrement moins de cinq fautes dans le mode examen blanc de Wizbii Drive, vous devriez réussir la session dispensée dans le centre d’examen agréé.

Nous vous décrivons ici les questions qui sont source d’erreur pour la majorité des candidats.

Attention à l’élément perturbateur

À la fin de chaque question, les candidats disposent de 20 secondes pour choisir leur(s) réponse(s). 

C’est largement suffisant pour relire l’énoncé et revenir plusieurs fois sur son choix.

Parfois, la réponse peut paraitre très simple, mais c’est dans les détails que vous devez chercher une éventuelle anomalie.

Prenez soin de contrôler les rétroviseurs, il est fort probable qu’un élément prouve que la route n’est pas aussi tranquille et sure qu’elle le semble au premier abord.

Si la question vous semble trop simple et évidente, c’est une raison supplémentaire pour vérifier à nouveau tous les détails de l’image.

Saisir la différence entre « pouvoir » et « devoir »

Les notions d’autorisation et d’obligation sont essentielles dans la compréhension du Code de la route. 

Pour réussir l’examen théorique, il est important de bien savoir différencier dans quel cas vous avez obligation de réaliser une action et à quel moment il ne s’agit que d’une recommandation optionnelle.

Prenez le temps de relire la question et les réponses proposées, en particulier si elles suggèrent « je peux » ou « je dois ».

Si la question demande ce qu’il est possible de réaliser, il faut indiquer toutes les options autorisées.

Si la question demande ce que l’on doit réaliser, il faut uniquement donner les options obligatoires.

La question double, souvent redoutée

Lorsque les candidats vont passer l’examen, certaines diapositives ne sont pas associées à une, mais à deux questions.

Puisqu’il n’y a pas de demi-point dans la notation de l’examen théorique du permis de conduire, il faut obligatoirement donner deux bonnes réponses pour valider une seule question double.

Le piège est de laisser penser au candidat que les questions sont liées entre elles ou qu’il y a forcément un « oui » et un « non ».

C’est une erreur qui peut faire perdre un point au résultat final.

La meilleure méthode est de toujours traiter ces deux questions de façon séparée, sans se soucier de l’autre.

La conduite écologique, un thème d’actualité parfois piégeur

Le thème de l’écologie étant de plus en plus présent, en particulier au niveau du transport routier, il est normal de le retrouver dans les questions de l’examen théorique du Code de la route. 

Toutefois, il peut présenter certains pièges.

En effet, dans certaines situations compliquées, votre réflexe sera peut-être de répondre qu’il faut ralentir, s’arrêter ou changer de voie.

D’une part, il n’est pas recommandé de modifier sa façon de conduire de façon brusque, car cela peut induire en erreur les autres conducteurs à proximité.

De plus, la conduite écologique impose d’anticiper toutes les phases d’accélération et de freinage en conservant un rythme stable.

Pour toutes les questions où les réponses concernent une modification de la vitesse ou de la trajectoire, pensez à la sécurité avant l’écologie pour donner votre réponse.

Le piège de l’utilisation du klaxon

Le klaxon est un accessoire bruyant dont les citadins ont bien connaissance, puisqu’il participe hautement à la pollution sonore des villes, en particulier aux heures de pointe.

Si en pratique, l’utilisation de cet avertisseur sonore est assez répandue, son usage est souvent restreint par le Code de la route.

Avant de répondre « je dois klaxonner » à une question de l’épreuve du Code, assurez-vous de bien être dans une situation où l’avertisseur sonore est autorisé.

MO
rédigé par:
Maryam Orion

Articles recommandés

Code de la route loupé : comment repartir du bon pied ?
Actualités

14/09/2020

À quoi ressemble une série de Code de la route/série examen  ?

10 sept. 2020

Comment se passe l’examen du Code de la route ?

10 sept. 2020